Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


L'extinction du Permien 3ème extinction de masse

L'hypothèse de l'impact

précambrien Vidéo : Le Paléozoïque 4/4

Cette théorie bien que crédible, n'est pas encore totalement avérée !
Elle suppose que l'épanchement basaltique (voir phase 1 ci-dessous) serait la conséquence d'un impact !

Il s'agirait d'un effet "contre-choc", qui dit que lors d'un impact, son effet se fait sentir du coté diamétralement opposé. Cet effet aurait donc fait survenir un "point chaud" dans le manteau terrestre, entraînant ainsi la catastrophe volcanique que l'on connait sous le nom des "Trapps de Sibérie"

Carte géologique du Permien Fin du Permien

La théorie annonce l'impact sur le site de "Bedout", au nord-ouest de l'Australie. Le cratère est découvert lors de forages pétroliers au cours des années 1960, cependant, personne ne juge utile de communiquer cette découverte à la communauté scientifique.

Il faudra attendre le début des années 2000, pour que des scientifiques qui, cherchant à justifier la théorie de l'impact, soient amenés dans leur enquête à consulter les archives des forages pétroliers.

Catastrophes du Permien Catastrophes du Permien

Lors de l'impact, l'Australie est bien plus au sud, encore accolée à l'Antarctique et la dérive du continent Australien déforme la forme du cratère. Celui-ci affiche des dimensions équivalentes à celles du cratère de Chicxulub au Mexique, environ 200 km de diamètre.

Phase 1 : L'épanchement basaltique

épanchement basaltique Epanchement Basaltique

Il y a environ 250 Ma, sur le territoire qui, aujourd'hui, est devenue la Sibérie, une grande province appelée "Trapps de Sibérie" se forme.

Sous la croûte terrestre, d'énormes colonnes de magma remontent vers la surface. Sous la pression, le sol se déchire, laissant apparaître des failles de plusieurs centaines de kilomètres d'où se déversent des flots de lave. Les volcans crachent leurs millions de tonnes de roches, de poussières et de lave, la région est un énorme brasier.

Les scientifiques appellent cela un "Epanchement basaltique" ou encore "Coulée basaltique massive", et cela va s'étaler sur une période estimée à environ 1 Ma.

Plus récemment, une équipe de scientifique s'est penchée sur la durée des épanchements basaltiques et pour se faire, ils ont étudié des cristaux de zircon. Les particularités de ce minéral pour la datation en font une véritable "capsule temporelle". Les résultats ainsi obtenus amènent à réduire la durée de l'épanchement basaltique à environ 60.000 ans.

Cet épanchement recouvre environ 2 millions de km², soit l'équivalent de la surface de l'Europe occidentale, sur une épaisseur d'environ 3,5 km.

Le dioxyde de souffre rejeté par les volcans, mélangé aux nuages, provoque des pluies acides qui ravagent la flore terrestre.

Les cendres assombrissent le ciel, progressivement le soleil est voilé et les températures s'effondrent entraînant la disparition de milliers d'espèces animales et végétales.

Un hiver volcanique s'installe pour des décennies, et, lorsque le ciel se dégage enfin, les gaz émis empoisonnent l'atmosphère.

Un autre gaz a été rejeté par les "Trapps de Sibérie"; le dioxyde de Carbonne, le fameux CO², ce gaz à effet de serre s'accumule dans l’atmosphère qui enveloppe la Terre. Le réchauffement planétaire est en marche !

Sur une période estimée à environ 10 000 ans, la température globale de la planète s'élève de plusieurs degrés, jusqu'à 15°C par endroit et entraîne une véritable catastrophe écologique, de nouveau la flore se meurt.

Les herbivores tels les scutosaures meurent de faim et leurs prédateurs carnivores comme les gorgonopsiens s'éteignent faute de proies. La chaîne alimentaire est brisée.

Le Scutosaure, herbivore du permien Scutosaure

Certains comme les Dicynodontes survivront.

Phase 2 : les hydrates de méthane

Environ 45 000 ans plus tard, des gaz à effet de serre (dioxyde de souffre et de Carbonne) ainsi dégagés, ont réchauffé l'ensemble de la planète et par effet de cascade, réchauffé les océans. Par ailleurs, suite aux grandes chaleurs provoquées par les éruptions, les océans sont en manque d'oxygène, ce qui va propager l'extinction aux océans où les espèces marines sont elles aussi menacées.

Le Gorgonopsien terrible prédateur de l'ère permienne Gorgonopsien (Thérapsides)

Sous l'effet de la chaleur, au fond des océans, les hydrates de méthane (ou Clathrates), qui sont maintenus à l'état solide par la pression et les basses températures retrouvent leur état gazeux et libèrent leur méthane. Un autre gaz à effet de serre très puissant contenant du "Carbonne 12", jusqu'à 10 fois plus puissant que le CO².

La température globale de la planète augmente à nouveau d'environ 5°, portant la température globale aux environs de 8°/10°C.

L'effet sur la faune terrestre restante est dévastateur et la concentration de gaz dans les océans élimine en grande partie la faune et la flore marine.

Il faudra attendre encore environ 80 000 ans avant que la vie reprenne ses droits sur la terre, avant qu'une nouvelle famille émerge et impose son règne sur la planète; c'est le début du Règne des dinosaures

 

Sources : Animal armageddon

Dernière mise à jour le 22/06/2016
top