Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


La France au cours du Paléozoïque

La France au Paléozoïque Vidéo : La France au Paléozoïque

Un passé tumultueux

Je vous parle de la valse des continents, la dérive des continent comme l’appelait Alfred Wegener au début du XXe siècle ou comme on la nomme aujourd’hui , la tectonique des plaques.

La physionomie de notre planète s’est modelée à travers les centaines de millions d’années et Il suffit d’un simple coup d’œil pour s’apercevoir, qu’au bout du compte, elle a toujours été avant toute chose une planète océan.

Terre de France

Bien que depuis la fracture de la Pangée, à la fin du Trias les continents se sont répartis d’une façon plus ou moins « équitable » sur le globe, la Terre, qui décidément porte vraiment mal son nom, n’en demeure pas moins une planète océan. Recouverte au trois quart par les océans et autres étendues d’eau, à ce jour les terres émergées ne représentent qu’une faible proportion de la croûte terrestre.

Alors vous serez d’accord avec moi, que la France métropolitaine, notre joli pays dont un des emblèmes est je le rappelle un dinosaure, est avec ses 551.000km² de superficie une infime partie des terres émergées.

Alors la question que je me suis posée est la suivante : ou était elle durant tout ce temps, et avons-nous des traces de son existence de son passé… ?

Pour répondre à cette question, je me suis largement appuyé sur un bouquin, car Google n’a pas toutes les réponses.

Comme on peut facilement l'imaginer, les terres qui constituent notre pays, ont été au cours des âges, et via la tectonique des plaques relativement, malaxées, déchirées, triturées, bref un passé géologique pour le moins tumultueux .

Par ailleurs, depuis bien des années, des armées de géologues ont exploré, visité et revisité le pays pour dater les roches le constituant. Puis ensuite, dès la révolution industrielle, très certainement dans un but lucratif, je pense bien entendu aux géologues travaillant pour les sociétés d’extraction pétrolière.

Carte géologique de la France

Quoi qu’il en soit, assez rapidement une carte géologique de France fut dessinée nous donnant des repères géologiques, repères largement exploités par les paléontologues afin de cibler précisément leur fouilles sur une période donnée.

Précambrien : 0 --- > -2 000 Ma

Durant l’Archéen, la croûte terrestre se solidifie, les océans apparaissent mais toujours aucune trace de la future France, pour cela il nous faut avancer jusqu’au dernier éon du précambrien, le Protérozoïque, et plus exactement au paléo-protérozoïque, première ère du protérozoïque.

La croûte terrestre est enfin solidifiée et un gigantesque continent englobe une large partie de l’hémisphère sud. Il s’agit de l’immense supercontinent Rodinia.

Sur une carte reconstituant Rodinia, on ne saurait exactement situer la France, néanmoins, de ce supercontinent, la France en a gardé quelques traces ; Il s’agirait d'une des plus vieilles roches d’Europe, datant de 2 milliards d’années,.

Lors de la formation de Rodinia, des masses continentales entre en collision et forme des montagnes, en terme scientifique, ce phénomène se nomme « orogenèse », à ce moment de l’histoire se produit  l'orogenèse Icartienne qui donne naissance aux premières roches de France dans le massif Armoricain, ou plus exactement, le socle ancien de la France.

En effet, aussi incroyable que ça puisse paraître, des roches datant de 2 Milliard d’années sont visibles encore aujourd’hui sur notre sol.

Dans son bouquin "Terre de France' l’auteur Charles Frankel cite « d’une bande de roche de quelques kilomètres qui travers le Trégor, de Trébeurden à Ploumonac’h, et après avoir disparu en mer, refait surface dans le Cotentin entre la Hague et Cherbourg ».

L’orogenèse citée précédemment à créée des volcans, des restes de ces volcans il subsiste quelques témoignages dans la Baie de St Brieuc, je cite l'auteur « L’un des plus beaux se trouve à l’entrée de Paimpol : c’est la pointe de Guilben, qui s’avance comme une digue naturelle pour fermer le côté sud de la rade », fin de citation. C’est assez fou que des roches de 2 milliards d’années soient parvenues jusqu’à nous.

Début Cambrien (-541Ma)

Le Précambrien touche à sa fin avec la plus grande des glaciations, la glaciation Varanger, généralement connu sous le terme « Terre boule neige », et se termine avec l’Ediacarien qui voit l’apparition des premiers animaux multicellulaires.

Cambrien : -541 Ma  --- > -485 Ma

Ainsi se clos le Précambrien et débute le Paléozoïque, nous sommes il y a 541Ma, nous sommes au Cambrien première période du paléozoïque. Le supercontinent Rodinia se fragmente donnant naissance au Protogondwana au sud et au nord les continents Laurentia, Baltica et Sibéria.

La France se situe probablement, quelque part au sein du Protogondwana, de cette très lointaine époque, le sol français possède des affleurements rocher, par exemple au sud du massif central à la frontière de l’Hérault, de l’Aude et du Tarn, sur les flanc de la montagne noire, non loin du vignoble de Saint-Chinian, on trouve les schistes de la montagne noire, ça ne rivalise pas avec les schistes de Burgess, mais nous avons des schistes du Cambrien et la possibilité de trouver des fossiles de 500Ma est bien réelle, notamment des fossiles des emblématiques trilobites.

Ordovicien : --485 Ma --- > -443 Ma

arte géologique au milieu de l'Ordovicien Milieu de l'Ordovicien

Direction la période suivante, l’Ordovicien, Ordovicien finira avec la première des 5 extinctions massive majeures, sans rentrer dans le détail, il s’agirait d’une glaciation.

Sur la terre, toujours rien, c’est la désolation la plus totale, cependant dans les haut fonds bordant les continents, les trilobites grouillent sur le plancher océanique alors que les euryptérides et autres mollusques céphalopodes règnent en maîtres.

De cette période, nous avons une petite idée de la situation de France… elle se situe à peu près en bordure nord du Protogondwana, et elle connaît un triste sort, la voilà scindée en deux endroits ou l’océan s’engouffre inéluctablement.

Au nord, la future Angleterre et une partie des terres françaises se disloque donnant naissance au petit continent Avalonia et à l’océan Rhéique, et en son centre c’est l’océan du Massif Central qui divise le pays en deux partie.

De cette période, outre la montagne noire qui recèle des vestiges de ce passé chaotique, c’est dans les grès breton que l’on retrouve les traces de l’ordovicien, en particulier à la pointe de la presqu'île de Creuzon, cette presqu’île emblématique de la Bretagne en forme de croix.

Non loin de là, sur ce même site on découvre à travers les dépôts sédimentaires, la transition avec la période suivante, le Silurien.

Silurien : -443 Ma --- > -420 Ma

silurien Début du silurien

Au Silurien apparaissent les premiers vertébrés, autrement dit les poissons, les poissons primitifs. Sur terre, rien n’a changé, pas un bruit si ce n’est que le vent, il nous faudra attendre la fin de cette période pour que s’amorce la conquête de la terre ferme par les végétaux et les arthropodes qui les suivent de près.

La future France est toujours divisée, l’extrême nord situé sur le microcontinent Avalonia rejoint le continent Baltica, quant à la partie sud, elle aussi coupée en deux par l’océan du Massif Central se situe toujours  en bordure du Protogondwana.

La géologie de la pointe bretonne citée quelques minutes auparavant, nous révèle que la température de l’eau est plus chaude, et de fait : la glaciation ayant entrainée la première des cinq extinction s’achève et la tectonique pousse les continents vers le nord, vers un climat bien plus tempéré.

Tout en glissant vers le nord les continents Laurentia, Baltica et Sibéria issus de la fracture de Rodinia vont à nouveau fusionner, ainsi va naître le supercontinent Laurussia.

Plus au sud, au Protogondwana, la partie sud de France qui autrefois s’est vue « déchirée » par l’océan du Massif Central, va à nouveau se … réunifier.

Sous l’influence des forces tectoniques, l’océan du Massif Central se retire laissant émerger les terres, puis ce sera au tour de l’océan Rhéique de se retirer, mais il mettra plus de temps. De ce chaos géologique, des traces sont visibles sur l’île de Groix, une réserve naturelle située à une heure de bateau de Lorient. Mais ici, interdiction d’aller fouiller, juste regarder !

Dévonien : -420 Ma --- >  -360 Ma

Carte géologique du début du Dévonie Début du Dévonien

Nous sommes au Dévonien, l’âge de la conquête, la période qui voit la végétation coloniser la majeure partie des terres émergée, et ou les descendants des premiers poissons, les tétrapodes, vertébrés à quatre pattes vont enfin s’aventurer sur terre.

La valse des continents pousse les terres françaises sudistes du protogondwana vers le nord, les rapprochant de l’équateur, non loin des côtes du continent Laurussia, avec lequel elles fusionneront un peu plus tard et ainsi unifier les terres françaises.

Des récifs coralliens abondent dans ce qu’il reste de l’océan Rhéique, celui-ci baigne les côtes de ce qui sera un jour la Champagne-Ardenne et une partie de la Belgique, et de nos jours ces constructions calcaire riches en fossiles sont exploitées par les carriers comme pierre de décoration.

Le dévonien s’achève et la deuxième extinction massive « majeure » fait le lien avec la période suivante.

Carbonifère : -360 Ma  --- >  -300Ma

Carte géologique au début du CarbonifèreDébut du Carbonifère

Au cours de la première moitié du carbonifère, l’ensemble la planète est chaude et humide, la végétation qui a colonisée les terre est abondante, et rejette de l’oxygène en grande quantité. Comme des MA plus tôt dans les mers, ce sont les arthropodes géants qui sont les premiers prédateurs de ce nouvel environnement. Par ailleurs, certains tétrapodes finissent par s’affranchir de l’eau et désormais ils pondent sur la terre ferme, ainsi les premiers reptiles font leur apparition.

La tectonique sans cesse en mouvement à quasiment réunit l’ensemble des continents pour n’en former qu’un seul et unique, le continent Pangée et de ce fait la France est enfin réunie. Par ailleurs, la collision entre le Protogondwana et la Laurussia engendre l’orogenèse Hercynienne, donnant naissance à une gigantesque chaîne de montagne traversant de part en part le nouveau continent Pangée.

C’est à l’est de cette chaîne montagneuse, que se situe la France, sur la côte, en bordure du futur océan Thétys qui apparaîtra à la période suivante, le Permien. Océan Thétys qui plus tard se réduira considérablement pour finalement devenir notre chère « Mare Nostrum » comme disaient les romains, la mer Méditerranée.

La France au Carbonifère

Alors, avons des vestiges du Carbonifère ? Assurément et pas des moindres, de quand pensez-vous que dat le Massif central, ainsi que le Massif armoricain, le massif des Maures, les Vosges... sans oublié les terres du nord ou fut exploité le charbon du carbonifère du 18ème jusqu’au 20 ème  siècle et dont les résidus de ces extractions, les terrils, sont encore visible aujourd’hui.

La France recèle un grand nombre de témoignages de cette période, sans oublier le Languedoc, la côte d’azur et la Corse qui témoignent aussi des terres datant du carbonifère. Pour simplifier, l'orogenèse Hercynienne à formé une grande partie du socle des terre françaises actuelles.

Par exemple, à Montceau-les-Mines, Charles Frankel nous raconte comment au cours des années  1800 les premiers fossiles aussi bien végétaux qu’animaux furent découvert par des ouvriers miniers, puis dans les années 70 et 80 des paléontologues et bénévoles ont extraient près de 7000 plaques de schiste recelant des fossiles d’arthropodes, les plus belles pièces étant à la disposition du public au muséum d’histoire naturelle d’Autun, non loin de Montceau-les-Mines près du parc naturel régional du Morvan en Bourgogne.

Permien : - 300Ma  --- >  -251Ma

Carte géologique du début du PermienDébut du Permien

Le Permien, dernière des périodes du paléozoïque, période qui voit l’avènement des reptiles dit mammaliens, entre autre les thérapsides. Thérapsides dont seront issus un peu plus tard les mammifères.

A raison de quelques centimètres par an, durant le carbonifère le socle de la future France se déplace lentement vers le nord, au cours de cette dérive, au cours de la deuxième partie du Carbonifère, le climat chaud et humide change. Les nuages emportés par les vents océaniques se heurtent aux sommets de la chaîne Hercyniennes provoquant de violents orages qui au fil du temps érodent les montagnes. A terme, les nuages passeront au dessus des sommets érodés, terminé les pluies torrentielles, la France va alors entamer sa « traversée du désert ».

De cette période pour le moins aride, notre sol en garde quelques souvenirs, c’est le cas du Lac du Salagou, dans l’Hérault, dont le sous sol est composé de sédiments imperméable permettant de maintenir le niveau de l’eau.

C’est aussi le cas du massif de l’Estérel qui se dresse entre Cannes et Fréjus. A ce moment de l’histoire la Corse et la Sardaigne sont encore soudée à la France, la Corse est accolée à la Provence et la Sardaigne occupe le golfe du Lion.

C’est lorsque la fracture à commencée que des remontés de magma déclenchent des éruptions , ainsi naissent il y a 275 Ma les rouges collines de l’Estérel. Certes aujourd’hui il ne reste guère que des vestiges, des ruines de ces anciens volcans autrefois si actifs, cependant on peux y trouver une caldeira de cette « ardente »période.

Pour terminer, embarquons et rendons nous sur l’île de beauté. Je disais, que la Corse était alors accolée à la Provence, c’est donc tout à fait logique, qu’une partie de l’histoire géologique de notre pays s’y trouve, et pas n’importe ou, c’est l’un des plus beau site de l’îles, si ce n’est le plus beau, la réserve naturelle de Scandola, un site inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

La Terre à la fin du PermienFin du Permien

Ce lieu magnifique, véritable paradis pour plongeurs, était jadis soudée à l’Estérel, en effet, la partie occidentale de la Corse est un massif granitique et volcanique dont l’âge et la composition sont identique à ceux de l’Estérel.

Pour conclure,  vous avez certainement noté que j’y ai fait quelques allusions a notre "bon vin", ce n’est pas anodin. Bien souvent de grand crus sont issus de terrains aux dépôts sédimentaires ancestraux. Par exemple, dans le sud-est, sur la commune de Bandol, est exploité un vin rouge de très bonne qualité qui se nomme TRIAS, dont les terres datent du Trias, la première période du mésozoïque, donc n’oublier pas d’y penser la prochaine fois que vous aurez un verre de bon vin français entre les mains.

Dernière mise à jour le 09/01/2018
top