Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


Le Paléogène (66Ma -> 23Ma )

L'Eocène -50Ma

A la fin du Crétacé, la biodiversité de la planète a été une fois de plus victime d’une crise majeure, la cinquième et dernière des cinq grandes extinctions de masse, l’extinction Crétacé / Tertiaire, ou extinction K/T (Terme provenant de l’allemand Kreide-Tertiär). Cependant, depuis quelques années, ce terme laisse place à celui de Crétacé-Paléogène, ou extinction K-Pg, et le terme désuet de « Tertiaire » se fait de plus rare dans le vocabulaire, n’étant quasiment plus utilisé par les nouvelles générations de scientifiques.

On nomme bien souvent le cénozoïque "l’âge des mammifères", en rapport avec le registre fossile de cette période très riche en mammifères.

L’ère cénozoïque, l’âge des thériens

Les mammifères sont divisés en 3 groupes.

Les Euthériens qui regroupe l’ensemble des mammifères placentaires, les Métathériens avec les marsupiaux et le troisième groupe, celui des protothériens, les monotrèmes, ces mammifères un peu « hors norme » qui pondent des œufs, ornithorynques et autres Echidnés.

Paléo-Zoïque, Méso-Zoïque, Céno-Zoïque.

On retrouve les préfixes des ères précambrienne, à savoir ; Paléo : ancien - Meso : milieu / moyen - Céno : récent. Zoïque pouvant être traduit par … "d’animal", Cénozoïque, comprenez… d’animaux récents, de vie animale récente.

L’ère cénozoïque est divisée en trois périodes : Les deux premières que sont le Paléogène et le Néogène et qui constituaient autrefois l’ère Tertiaire et la troisième période, le quaternaire, celle dans laquelle nous sommes présentement.

Notez les préfixes Grecs pour se souvenir de l’ordre, paléo : ancien et néo pour nouveau, quant au suffixe "gène" il provient du grec « Génos », qui pour faire court signifie dans ce cas-là : genre. Donc, "Ancien genre, nouveau genre" et quaternaire !

Le Paléogène

Le Paléocène – 66Ma / 56Ma

Le Paléogène débute dès la fin de la crise il y a 66Ma, et s’étend jusqu’à moins 23Ma en arrière pour une durée totale d’une quarantaine de Ma divisée en trois époques, le Paléocène, l’Eocène et l’Oligocène. Il est suivi par le Néogène, lui-même constitué du Miocène et du Pliocène et s’achève avec le quaternaire comportant les deux époques que sont le Pléistocène et l’Holocène Trois périodes divisées respectivement en trois, deux et deux époques. Epoques qui, comme d’habitude sont subdivisées en étages.

Je me permettrais de dire que le Paléogène est aux mammifères ce que fut le Trias aux dinosaures, en effet, suite à une extinction de masse, la faune rescapée va se répandre, s’épanouir et se diversifié, on parle ici de radiation adaptative ou de radiation évolutive. A l’instar des dinosaures durant le Trias, c’est au cours du paléogène que les mammifères, alors dans l’ombre des dinosaures depuis pas loin de 160Ma, vont prendre l’ascendant et devenir ainsi le groupe "dominant" de la planète.

Veuillez noter que lorsque j’emploie les termes « dominer » ou « dominant », c’est une image, une expression, car au sens strict du terme, les dinos ou autres mammifères n’ont jamais dominés quoi que ce soit, et c’est encore le cas aujourd’hui car les oiseaux sont bien plus nombreux que les mammifères et je ne vous parle même pas des insectes !

Les dinosaures quant à eux, ou tout au moins ce qu’il en reste, les dinosaures dit "aviens", vont durant le paléogène et même ensuite continuer leur évolution pour à terme, devenir les oiseaux que nous connaissons. Les autres dinosaures, les "non-aviens" ont malheureusement disparus à jamais … ainsi que les reptiles volants et les reptiles marins, et les ammonites, et les bélemnites et bien d’autres encore…

Une véritable catastrophe, de fait, dans les océans du globe, la majeure partie des grands prédateurs ont disparus, des niches écologiques sont donc à pourvoir, et comme nous allons le voir certains, poissons vont en tirer profit. Chez les reptiles, malgré qu’une grande partie de leur population est éradiquée, certains réussissent à passer le cap et les survivants continueront leur évolution, c’est le cas des tortues, lézards, serpents et autres crocodiles.

Toujours est-il que commence, "l’ère des mammifères", néanmoins ne perdez de vue que nos amis les dinosaures, qui a défaut de ne plus dominer la terre ferme, vont en grande partie coloniser les airs, en l’absence des ptérosaures désormais éteints. Notez "En grande partie", car certains resteront terrestres et d’autres préfèreront le littoral et la mer.

Suite à l’impact de la funeste météorite, et de l’épanchement basaltique survenue en Inde, sur le plateau du Deccan, durant l’hiver volcanique qui s’ensuivit, les températures chutèrent pendant un temps. Un temps qui jusqu’à aujourd’hui se comptait en siècles, mais qui depuis peu, selon une étude datant de 2017, aurait durée moins de 10 ans… Une hypothèse pour le moins surprenante vu l’ampleur du fameux cataclysme.

Quoi qu’il en soit, une fois l’hiver volcanique achevé les températures remontent et à nouveau un climat tropical s’installe et perdurera jusqu'à la toute fin du paléocène qui subira un véritable "choc thermique". Cela dit, s’il faut se souvenir d’une chose c’est que sur la durée totale du paléogène le climat va se refroidir sur l'ensemble des continents.

Le globe terrestre présente plus de terres émergées, l’Amérique du Nord voit peu à peu sa mer intérieure se rétrécir, idem pour l’Afrique, en bref les continents s’assèchent et les hauts fonds émergent. On remarque aussi que l’Inde tout en continuant son périple vers le nord se détache de Madagascar, et l’Australie se sépare définitivement de l’Antarctique. Quant à l’archipel Européen, il continue d’émerger peu à peu pour à terme devenir un continent.

Purgatorius

Par ailleurs, tout au long du Paléogène, les plantes à fleurs, les angiospermes apparues au Crétacé prospèrent, elles sont devenues les végétaux les plus répandus, les premières forêts se développent, les grands arbres comme les séquoias colonisent les continents et les cactus ne tardent pas à faire leur apparition. C’est dans ces forêts primaires que l’on trouve un des plus anciens représentant de nos ancêtres primates tel Purgatorius un petit animal découvert en Amérique du nord.

Dans les mers, c’en est terminé des grands reptiles marins du passé, la place de prédateur est à pourvoir, ce sont les chrondrichtyens, les poissons cartilagineux, (les requins) qui vont endosser le rôle de prédateurs durant les 25Ma qui vont suivre. Parallèlement, les actinoptérigiens, les poissons "à nageoires rayonnées" vont largement se diversifier et se multiplier autour des récifs coralliens, et ainsi devenir rapidement les plus nombreux dans les océans du globe, bientôt ils seront rejoints par les baleines primitives.

Phylogénie des "poissons"

Le mot "poisson" est un terme courant, scientifiquement parlant le terme « poisson » n’est pas utilisé. C’est juste un terme qui regroupe l’ensemble des vertébrés marins apparus au Paléozoïque.

Sur la terre ferme, au tout début du Paléogène, les mammifères sont très similaires à leurs ancêtres du Mésozoïque et très rapidement ils évoluent. C’est durant le Paléocène et au début de l’époque suivante, l’Eocène, qu’ils atteindront des tailles jusqu’alors sans précédent pour des mammifères.

Phorusrhacos Phorusrhacos, un aptère géant

A ce moment de l’histoire, les dinosaures où tout du moins les descendants des espèces rescapées, n’ont pas encore dit leurs derniers mots. Eux aussi ont évolués, désormais on les nomme oiseaux et à l’instar des leurs lointains cousins, ils sont de réels prédateurs. On dit que le Paléocène est le seul moment de l’histoire ou la terre aurait été "dominée" par les oiseaux. Ce sont de véritables monstres, et s’ils n’ont plus de dents ils possèdent toujours des griffes puissantes et surtout un bec à faire pâlir nos oiseaux actuels.

Le terme "oiseau" tout comme "poisson" est un terme générique employé par le commun des mortels, en science on parle « d’Aves » : les vertébrés tétrapodes ailés appartenant au clade des dinosaures ! Certains chercheurs classent les oiseaux dans un clade nommé "paraves", les "presque oiseaux", divisés en deux familles distinctes : les Troodontidés et les Droméosauridés, des théropodes du mésozoïque !

Et s’ils ne sont plus des "raptors" au sens dinosaurien du terme, en Amérique du sud, ils occupent encore la même niche écologique, on les surnomme "oiseaux terreur". Ils appartiennent à la famille des Phorusrhacidés et le plus populaire d’entre eux est Kelenken. Bon, pas tous sont des oiseaux terreur, d’autres ont choisis la voie des airs à l’image du Pelagornis, un des plus grands oiseau connu à ce jour, avec plus de cinq mètres d’envergure, qui apparaitra un peu plus tard, au Miocène, et d’autres encore préfèreront les mers, comme Waimanu, un ancêtre des manchots découvert en Nouvelle Zélande.

Gaston Planté Gaston Planté

En Amérique du nord on découvre Diatryma qu’on associe rapidement aux "oiseaux terreurs". En Europe, tout comme les oiseaux terreur, certains préférèrent rester sur la terre ferme c’est le cas de Gastornis. Gastornis C’est un énorme oiseau coureur de deux mètres de haut, présent en Europe, notamment en France et en Amérique du nord. Depuis sa découverte en 1855 par le français Gaston Planté, Gastornis trimballe une réputation d’oiseau tueur, de carnivore, à l’image de ses cousins américains.

Faut dire qu’à la vue de la taille de son énorme bec et de notre imagination débordante pour les monstres du passé, ça pourrait sembler crédible, mais rien n’est moins sûr. Aussi, dans les années 90, deux équipes américaines étudient Gastornis pour avoir le fin mot de l’histoire. Au bout du compte une équipe considère que c’est un carnivore et l’autre un herbivore, aussi le mystère reste entier… Il faudra attendre pas loin de 30 ans pour que de nouvelles recherches menées une jeune paléontologue française nommée Delphine Angst accompagnée du célèbre et non moins français Eric Buffetaud, démontrent par de subtiles recherches que l’énorme poulet était végétivore…. Herbivore !

Les mammifères ne sont pas encore l’espèce dominante, cependant certains d’entre eux sont déjà de véritables prédateurs, tel Arctocyon, un carnivore découvert en Champagne Ardennes, un animal de la taille d’un loup à la mâchoire impressionnante, et d’autres, les plus nombreux les herbivores comme le Phenacodus, un des plus vieux ongulés connu ou encore le Coryphodon, un gros herbivore à la forte musculature, 500 kilos pour plus de deux mètres de long, et qui vécut dans les marécages de Europe de l’ouest, d’Amérique du nord et de Chine.

Un animal qui s’il avait vécu en Amérique du sud, aurait fait un plat de choix pour le plus terrible des prédateurs du paléocène, je veux parler du gigantesque Titanoboa, un serpent constricteur de plus de dix mètres de long pour près d’une tonne de muscle qui hantait les marécages sud-américains durant le paléocène. La terreur des mammifères marsupiaux endémiques de l’Amérique du sud.
Je ne vous parle pas du continent Antarctique car faudrait fouillait sous des centaines de mètres de glace pour comprendre ce qui s’y passé, néanmoins à cette époque, il n’était pas recouvert de glace mais de végétation, très certainement luxuriante.

Le paléocène touche à sa fin lorsque se produit un phénomène climatique de grande ampleur, le maximum thermique Paléocène / Eocène. Les températures montent en flèche, entre cinq et huit degrés de plus dit-on, et cela durant plusieurs milliers d’années, entrainant l’extinction de certaines espèces. Une des nombreuses extinctions mineures qu’a connu notre planète. Il paraitrait que cela soit dû à la libération d’une grande quantité de méthane du fond des océans, mais comme d’habitude concernant les extinctions, notez le conditionnel.
Planète Terre - À La Découvertes Mystères L'évolution 04 La Naissances Mammifères.avi – 26 :38

L'Eocène – 56Ma / 34Ma

- 50Ma - Eocène

Sur la carte ci-contre nous sommes il y a 50Ma, les mers continuent à se retirer, et de plus en plus de Terres émergent, à l’extrême sud, la glace a fait son apparition sur le continent Antarctique et notez que l’Inde est entrée en contact avec la plaque Eurasienne, tout en "refermant" ce qui fut autrefois une partie de l’océan Thétys. La plaque Indienne s’enfonce peu à peu sous la plaque Eurasienne et donne ainsi naissance à la future chaîne de l’Himalaya.

Ce qui fait que lorsque vous êtes sur le sommet de l’Everest, vous marchez sur le fond de l’océan Thétys !

Plus au nord, le futur Groenland se sépare de l’Europe, au cours de cette séparation, d’énorme quantité de méthane sont éjectées du plancher océanique entrainant un réchauffement de la planète de plusieurs degrés.

Durant l’Eocène, le climat change à nouveau, l’étude de la malacofaune, entendez par là l’étude de la faune marine à corps mou, autrement dit les mollusques, nous démontre que le climat se détériore, entrainant une crise "mineure" liée au climat.

Les baleines sont apparues, tout au moins leur ancêtre, il se nomme Pakicetus, c'est un animal de la taille d'un gros loup actuel, c’était il y a environ 50Ma.

Du côté de la faune, il y a des nouveaux venus tel Phenacodus, de la taille d’un chien cet animal pourrait être vraisemblablement un des tout premiers ancêtres du cheval, en parlant d’ancêtres.

Mégacerops

Un autre animal est ce brontothère nommé Megacerops, un très lointain cousin des rhinocéros, il appartient à l’ordre des Perissodactyles, les ongulés, les mammifères à sabots au nombre de doigts impair comme les zèbres ou les ânes ou les chevaux, à ne pas confondre avec Cetartiodactyles qui eux en possèdent un nombre pair, comme les bovidés, les girafes et même les cétacés (même si ça ne se voit pas au premier abord).

Quelques Ma passent et le descendant de Pakicetus a évolué, il est devenu Ambulocetus, "la baleine qui marche". C’est un carnivore mi terrestre, mi aquatique qui passe le plus clair de son temps dans l’eau à la manière des crocodiles actuel.

En effet, suite à la collision de l’Inde avec l’Asie, la collision entre l’Inde et l’Asie a créé une zone marécageuse en lieu et place de la Téthys, ce qui a fournis une manne de nourriture aquatique à qui pouvait s'y adapter. C'est pourquoi Pakicetus, Ambulocetus, Himalayacetus et Indocetus, les cétacés les plus basaux sont tous originaires de cette région du globe.

On ne peut parler de l’Eocène sans mentionner, un fait très important pour notre lignée… les primates. En effet, c’est à cette époque que les primates ancestraux font leur apparition, ressemblant vaguement aux lémuriens actuels, ces petits animaux ont colonisée un nouvel écosystème, la canopée.

A la différence des conifères, ces nouveaux arbres feuillus et riches en fruits, voient leurs branches s’entremêler plusieurs mètres au-dessus du sol, la canopée. Un lieu de sécurité absolu pour les mammifères qui jusqu'alors étaient obligés de descendre des arbres pour se nourrir, et au sol les prédateurs rôdaient.

Or dans la canopée, les fruits et autres jeunes pousses suffisent à leur alimentation, aussi ces petits mammifères désormais arboricoles vont évoluer en fonction de ce nouvel environnement. Pour mieux distinguer les fruits aux couleurs vives, leur vision va s’affiner, et afin de se déplacer sur les branches leurs pates deviennent des mains, des mains aux pouces opposables, bien utile dans ce nouvel écosystème.

Moeritherium lyonsi Moeritherium lyonsi

A la fin de l’Eocène, nous constatons que l’Amérique du sud s’est désolidarisée du continent Antarctique. Jusqu’alors, les courants chauds venant de l’équateur baignés les côtes de l’Antarctique lui procurant un climat tempéré, et lorsque l’Antarctique se retrouve séparé, un nouveau courant, froid celui-ci, fait son apparition tout autour de l’Antarctique, ce courant océanique nommé "courant circumpolaire" modifie les trajectoires des courants chauds venu de l’équateur, ce qui a pour conséquence le refroidissement du continent le transformant en un continent de glace.

L'Oligocène – 33Ma / 23Ma

Diaceratherium lemanense Diaceratherium lemanense

Il y a 33Ma l’Antarctique se couvre de glace, un continent de glace qui a son tour va refroidir l’ensemble de la planète.

Par ailleurs, depuis quelques Ma, le descendant de Pakicetus et d’Ambulocetus est désormais totalement aquatique, il a encore évolué. Il est devenu un redoutable prédateur du nom de Basilosaurus, un énorme cétacé carnivore d’environ 20 mètres de long armés de dents meurtrières… les fanons c’est pas pour de suite.

Nous voilà au début de l'Oligocène, c’est à ce moment que se produit un fait important, les terres nouvellement émergées ont fait la jonction avec le continent Asiatique. Il en résulte ce que l’on appelle "la grande coupure". Une vague migratoire importante de la part de la faune asiatique vient coloniser le futur continent Européen, la faune endémique européenne est fortement touchée et associé à la glaciation cela provoque un renouvellement de la faune, autrement dit, il s’agit d’un Nième extinction. Mentionnons tout de même que ce phénomène migratoire s’est étendu jusqu’en Amérique du nord et en l’Afrique.

On peut facilement imaginer que parmi ces nouveaux arrivants, certaines espèces doivent s’adapter à ce nouvel environnement, certaines n’y parviennes pas et s’éteignent, et d’autres s’adaptent, se diversifient et évoluent selon la sélection naturelle.

C’est l’heure de gloire des grands mammifères, des deux plus grands groupes de mammifères, les placentaires et les marsupiaux, ils occupent la majorité des continents.

Néanmoins, pour généraliser, nous pourrions dire que les placentaires occupent les continents nord alors que les marsupiaux sont plutôt présents sur les continents du sud comme l’Amérique du sud et bien entendu l’Australie…

Je prends ici un énorme raccourci, car il fut un temps où même en France, évoluaient des Marsupiaux tel la Sarigue de Cuvier, Perathrium cuvieri qui vivait dans nos contrées il y 33Ma.

Nous sommes maintenant il y a environ 23Ma, le paléogène touche à sa fin, bien de nouvelle espèces apparaisse à la fin du paléogène, Hyaenododon, Dinictis, Antélodont pour n’en citer que quelques-uns, ils seront les principaux protagonistes de l’époque suivante le Miocène qui ouvrira une nouvelle période : le Néogène. Une autre période riche en évènements pour les mammifères.

Dernière mise à jour le 23/10/2018
top