Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


Le Précambrien

La Rodinia Fin du Précambrien (-600Ma)

Le Précambrien s'étend environ de – 4,55 Ga (milliards d'années) jusqu'à - 570 Ma (millions d’années) (ère Paléozoïque).

C'est l'ère la plus longue, elle dure quasiment 80% du temps écoulé depuis la formation de la Terre.

Éons et ères géologiques du précambrien

précambrien Vidéo : Le Précambrien version 2.0
Précambrien Protérozoïque Néo Édiacarien - 635 Ma / - 542 Ma
Cryogénien
- 850 Ma / - 635 Ma
Varangien - 650 Ma / - 635 Ma Glaciation Varanger
(Terre boule de neige)
Sturtien - 850 Ma /  - 650 Ma
Tonien - 1 000 Ma / - 850 Ma
Méso Sténien - 1 200 Ma / - 1 000 Ma
Ectasien - 1 400 Ma / - 1 200 Ma
Calymnien - 1 600 Ma / - 1 400 Ma
Paléo Stathérien - 1 800 Ma / - 1 600 Ma
Orosirien - 2 050 Ma / - 1 800 Ma
Rhyacien - 2 300 Ma / - 2 050 Ma
Sidérien - 2 500 Ma / - 2 300 Ma
Archéen Néoarchéen - 2 800 Ma / - 2 500 Ma
Mésoarchéen - 3 200 Ma / - 2 800 Ma
Paléoarchéen -3 600 Ma / - 3 200 Ma
Eoarchéen -4 000 Ma / - 3 600 Ma
Hadéen -4 600 Ma / -4 000 Ma

L'hadéen

Le premier de ces Eons, et aussi le plus vieux est l'hadéen. Il s'agit de la "petite enfance" de la terre (dixit Wikipédia). On estime qu'il a duré environ 600Ma et c'est ni plus ni moins que la formation de la Terre. Son nom provient du terme grec "Hadès", les enfers.

En effet, à cette époque, c'est bien ce à quoi  devait ressembler notre planète, une boule de lave en fusion en phase de refroidissement.

précambrien La croute terrestre est formée

Les océans primitifs font leurs apparitions durant l'hadéen, dû au bombardement de comètes où au dégazage massif, la question demeure, quoi qu'il en soit l'eau est présente sur la planète.

L'Archéen

Cet éon est divisé en quatre ères qui vont durer 400Ma chacune, sauf pour la dernière, le néo archéen qui sera un peu plus court avec quelques 300Ma.

La Terre tourne plus vite qu'aujourd'hui et les journées durent environ 6 heures. Par ailleurs, les volcans, déversent des flots de lave et de fumée, et cette fumée riche en gaz à effet de serre va contribuer à la création de l'atmosphère.

Les premiers continents se forment et dans les océans primitifs apparaissent les premières cellules, des cellules simples sans noyau, des cellules dites procaryotes.

Certaines de ces cellules nommées cyanobactérie se regroupes autour des cheminées hydrothermales et utilisent l'énergie du soleil, ainsi née la photosynthèse.

Les cyanobactéries  s'agglutinent les unes aux autres et forme des colonies appelé stromatolites. Ces minuscules bactéries utilisant la photosynthèse  vont produire de l'oxygène, et ce durant les 3 milliards d'année suivantes.

stromatolites Stromatolites

D'autre part, les cours d'eau installés sur les premiers reliefs emportent vers les mers des éléments en solution et des produits de l'érosion, provoquant l'apparition des premiers sédiments.

Dans l'eau, grâce aux cyanobactéries, la teneur en dioxyde de carbone baisse et le taux d'oxygène augmente et une grande partie de cet oxygène est consommée par la formation d'oxydes, de la rouille.

C'est ce phénomène qui est à l'origine des énormes masses de minerais caractéristiques de cette période, les minerais de fer rubanés.

Le protérozoïque

Le protérozoïque, va voir se succéder 3 ères que sont le paléo, le méso et enfin le néo protérozoïque. C'est pendant le protérozoïque qu'apparaissent les cellules eucaryotes, les cellules possédant un noyau. 

Au cours de cette ère, la Terre va connaître sa première glaciation, la glaciation Varenger, plus communément appelé la période "Terre boule de neige". Sur l'échelle géologique du néo protérozoïque, elle se situe dans sa deuxième partie, le cryogénien, elle va durer plus de 200 Ma. Ce sera la plus grande ère glaciaire de l'histoire.

La Terre est recouverte d'un pôle à l'autre d'une épaisse couche de glace. La surface des océans est désormais gelée et sur la terre ferme des glaciers et autres calottes glaciaires se sont formés atteignant par endroit jusqu’à 1km d'épaisseur voire plus.

200 Ma passent, lorsque les volcans reprennent leur activité. Ils percent les calottes glaciaires et expulsent à nouveau de la lave et du gaz en très grosse quantité. Les gaz émis vont par effet de serre réchauffé l'atmosphère, monter la température globale précipitant la fonte des glaces.

Pendant toute l'ère glaciaire, la vie qu'on pourrait croire éradiquée, a survécu entre la roche et les glace.  On appelle ces organismes les extrèmophiles.  Ce sont ces microbes qui vont faire perdurer la vie sur notre planète à la fin de la glaciation.

L'édiacarien et les débuts de la vie animale

La vie à donc repris son cours, et de plus belle. En effet, les cyanobactéries survivantes ont reprennent  leur processus de photosynthèse libérant ainsi de grandes quantités d'oxygène.

Cette modification de l'air va bouleverser le règne animal, la faune microbienne se complexifie, et de nouvelles formes de vie font leur apparition.

Les cellules qui jusqu'alors se reproduisaient en se divisant, restaient esseulées. Mais à un moment donné, grâce au collagène, une protéine qu'elles se mettre à produire, elles vont pouvoir s'agglomérer entre elles et, ainsi former les premiers animaux pluricellulaires. Ainsi va voir le jour le plus vieil animal connu encore aujourd'hui, un fossile vivant pourrait-on dire : l'éponge.

A ce stade, pas de système nerveux, pas de système vasculaire et encore moins de système digestif.

C'est un animal réduit à sa plus simple expression, juste un amas de cellules collaborant ensemble pour leur bien commun, il s'agit de l'éponge. Cet animal on ne peut plus simple se contente de filtrer l'eau qui l'entoure afin d'en extraire les nutriments dont il a besoin. En quelques petits Ma d'années l'évolution va œuvrer, pour donner lieu aux premier animaux complexes.

A ce stade, il ne s'agit plus d'agglomérat de cellules, mais bel et bien d'animaux, ou tout au moins de proto animaux.

Des animaux primitifs à corps mou, encore très simple, ils n'ont la faculté de se déplacer, ils sont juste là, poser sur le plancher océanique.

La vie animale fait son premier pas

Les formations précambriennes

Les formations précambriennes sont classées en deux unités chrono stratigraphiques: l'Archéen et le Protérozoïque.

L'Archéen comprend des roches anciennes dont les plus primitives sont âgées d'environ 3.800 Ma.

En deçà, et jusqu'au moment de la formation de la Terre vers -4.500 Ma, il n'y a pas de stratigraphie puis qu'il n'y a pas de roche témoin.

Le Protérozoïque s'étale de -2.5 Ga à -50 Ma. Il est subdivisé en trois érathèmes ou ères, qui, elles-mêmes, sont ramifiées en systèmes dont les noms correspondent à un caractère marquant des différentes couches.

De ces temps reculés, les traces d'organismes vivants y sont rares et de ce fait, elle est très peu connue. Pourtant, des évènements essentiels surviennent durant cette ère :

Les quatres phases de l'ère précambrienne

Phase un

C'est au cours de la première phase que se forme la croûte primitive (au début elle devait avoir que quelques centaines de mètres d'épaisseur) à l'image de la formation solide que l'on peut observer sur une coulée de lave; sa composition chimique devait être proche de celle des météorites pierreuses (aérolithes).

La température de cette croûte est très élevée, elle est entretenue au début par l'échauffement dû au tassement gravitationnel de la masse terrestre et ensuite par la chaleur générée par les désintégrations radioactives,.

De cette masse en partie fondue s'échappent des gaz dont les plus légers tel l'hydrogène et hélium qui s'élèvent dans l'espace.

La vapeur d'eau devait former des nuages dans une atmosphère par ailleurs essentiellement constituée de gaz carbonique et maintenue autour du globe par la gravité terrestre.

Ensuite la chaleur a diminué, de sorte que la température de la partie extérieure de la croûte est devenue, environ 250 millions d'années après sa formation, inférieure à 100 °C. Ce qui est le point d’ébullition.

Ce n'est qu'à partir de ce moment que l'eau peut s'accumuler en surface sous sa forme liquide pour former les premières mers. Ainsi, ce n'est qu'à la fin de cette première période que le cycle de l'eau a commencé.

Phase deux

Au cours de la deuxième phase, l'épaississement de la croûte se poursuit, du fait du refroidissement continuel du système, mais aussi grâce à l'incorporation et à la solidification de matériel magmatique léger, tel que le magma granitique, né de la différenciation à partir du magma primordial. La croûte terrestre atteint pratiquement le quart de son épaisseur actuelle.

À la surface de la croûte terrestre, des masses de ce magma solidifié constituent des reliefs émergés: ce sont les premiers éléments de la croûte continentale.

Les cours d'eau installés sur les premiers reliefs emportent vers les mers des éléments en solution et des produits de l'érosion, provoquant l'apparition des premiers sédiments.

Les premières roches sédimentaires connues, découvertes au Groenland, datent de 3,8 Ga.

Phase Trois

C'est au cours de cette phase que l'oxygène commence à jouer un rôle primordial. Une faible partie de ce gaz se dégage de l'intérieur de la Terre lors des manifestations volcaniques, mais il provient pour l'essentiel de la photosynthèse réalisée par des algues marines.

Ces dernières utilisent le dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère et dissous en partie dans les eaux.

Les premières traces de chlorophylle, attestant cette activité photosynthétique, remontent à 2,7 Ga, mais les plus anciennes traces cellulaires connues, probablement antérieures à l'apparition de la photosynthèse, remontent à environ 3 Ga.

stromatolites Stromatolites

Une grande partie de l'oxygène est au début consommée par la formation d'oxydes, essentiellement aux dépens du fer présent dans les sédiments. Ce phénomène est à l'origine des énormes masses de minerais caractéristiques de cette période (minerais de fer rubanés).

La baisse de la teneur en dioxyde de carbone dans les eaux permet rapidement le développement de la sédimentation des roches calcaires, dont le dépôt est provoqué par le métabolisme d'algues bleues et vertes (cyanophycées, cyanobactéries) : les stromatolites.

Ce n'est que vers la fin du précambrien qu'apparaissent les premiers métazoaires, avec notamment des cœlentérés et des annélides découverts à Ediacara en Australie, qui annoncent la diversification des faunes au paléozoïque.

Phase quatre

L'épaississement de la croûte, l'élévation des montagnes et les dépôts de sédiments au fond des mers se poursuivirent durant la quatrième phase de l'ère précambrienne.

La croûte et la lithosphère continentale, qui ont presque atteint leur épaisseur actuelle, sont découpées en plusieurs plaques dont la mobilité doit déjà suivre les modalités que nous connaissons dans le système actuel.

Ainsi plusieurs chaînes de montagnes s'édifient-elles entre - 3,5 Ga et - 0,6 Ga. On en retrouve les traces (sous la forme de zones tectonisées et marquées par le magmatisme) dans les noyaux les plus anciens des masses continentales actuelles que l'on nomme les boucliers (canadien, africain, brésilien, etc.).

Les fondations sont en place, que le jeu commence...

Dernière mise à jour le 16/06/2016
top