Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


Jason et les Argonautes

Jason

Jason et les argonautes, un film aux effets spéciaux spectaculaires... pour l'époque ! Affiche du film

Jason est le fils d’Aeson. Originaire d’Ioclos, il appartient aux descendants d’Eole.

Celui-ci fut élevé par le Centaure Chiron, qui, comme à tous ses élèves (Achille), lui apprit la médecine. Quand il fut arrivé à l’âge d’homme, Jason quitta le Pélion, où habitait le Centaure, et revint à Iolcos.

A Iolcos, Aeson le père de Jason, à qui appartenait légitimement le pouvoir, avait été chassé par son demi-frère Pélias, le fils de Tyro et de Poséidon.

Son costume était étrange : il était couvert d’une peau de panthère, tenait une lance dans chaque main, et surtout, son pied gauche était nu. Il Arriva sur la place publique de Iolcos, au moment où son oncle Pélias était en train de célébrer un sacrifice.

En le voyant, et bien qu’il ne le reconnut pas, Pélias eut peur, car un oracle lui avait conseillé de se "méfier de l’homme qui n’aurait qu’une chaussure".

Jason demeura cinq jours et cinq nuits chez son père. Le sixième jour il se présenta à Pélias, et lui réclama le pouvoir, qui lui appartenait légitimement. Pélias lui demanda alors de lui apporter la toison du bélier qui avait transporté Phrixos dans les airs.

C’était une toison d’or, consacrée par Aeétés, le roi de Colchos, à Arès, et gardée par un dragon. Pélias pensait bien que Jason ne reviendrait jamais de cette expédition.

Selon une autre version, c’est Jason lui-même qui se serait condamné à subir cette épreuve. Quand il se présenta, en effet, devant Pélias, celui-ci s’apercevant qu’un seul de ses pieds était chaussé et comprit que le danger annoncé par l’oracle était proche. Il fit approcher Jason et lui demanda quel châtiment il imposerait à un sujet qui conspirerait contre son roi. Jason répondit qu’il l’enverrait conquérir la toison d’or.


Réponse qui se retourna contre lui, car Pélias s’empressa de le lui ordonner. Les poètes prétendaient que l’idée de cette épreuve avait été suggérée à Jason par Héra, qui désirait trouver un moyen de faire venir Médée de Colchide pour qu’elle tuât Pélias, dont elle était mécontente, car il ne lui rendait pas les honneurs auxquelles elle pensait avoir droit.

Ainsi envoyé quérir la toison d’or, Jason demanda l’aide d’Argos, le fils de Phrixos, et sur l’avis d’Athéna, Argos construisit le navire Argo, qui devait emmener Jason et ses compagnons en Colchide.

Revenu de Colchide avec la toison d’or, et marié à Médée, Jason remis la toison à Pélias et à partir de ce moment, les traditions diffèrent.

A la suite de la mort de Pélias, Médée et Jason furent chassés d’Iolcos et contraints de se réfugier à Corinthe. Là ils vécurent heureux et tranquilles pendant dix années.

Mais Jason se lassa de Médée et se fiança à Glaucé (ou Creüse), fille du roi Créon.

Médée prit à témoins les dieux par lesquels Jason lui avait autrefois juré fidélité, et elle envoya en présent à Glaucé une robe nuptiale qui répandit dans ses veines un feu violent. Créon fut également atteint de ce mal, et tout le palais royal brûla, pendant que Médée tuait ses deux enfants qu’elle avait eus de Jason et s’enfuyait sur un char merveilleux, présent du Soleil, qui l’emmena dans les airs.

Cependant Jason voulait revenir à Iolcos où régnait Acaste, le fils de Pélias.

Pour cela il fit alliance avec Pélée le père d'Achille, qui avait eu à se plaindre d’Acaste, et avec l’aide des Dioscures, ils ravagèrent la ville.

Ensuite Jason, ou encore son fils Thessalos, régnèrent à Iolcos.

Les Argonautes

On appelle Argonautes les compagnons de Jason dans sa quête de la Toison d’or.

Le nom d’Argonautes vient de celui du navire qui portaient les héros, l’Argo, et qui signifie "Rapide" mais rappelle également celui de son constructeur, Argos.

Différents "catalogues" nous ont conservé la liste des Argonautes, qui étaient accourus à la nouvelle, proclamée par héraut à travers toute la Grèce, que Jason organisait une expédition vers la Colchide.

Ces listes diffèrent sensiblement les unes des autres, et reflètent les âges différents de la légende.

Deux surtout sont intéressantes, parce qu’elles sont dans une large mesure indépendantes l’une de l’autre, celle d’Apollonios de Rhodes et celle d’Apollodore.

Le nombre des Argonautes est relativement fixe : de cinquante à cinquante cinq. Le navire était construit pour cinquante rameurs.

Un certain nombre de noms sont communs aux deux listes, et représentent le fond le plus stable de la légende. Ce sont outre Jason qui commandait l’expédition, Argos, fis de Phrixos (ou selon d’autres d’Arestor), le constructeur du navire, Tiphys, le fils d’Hagnias, qui le pilotait.

Tiphys avait accepté ces fonctions sur l’ordre d’Athéna, qui lui avait appris l’art, encore inconnu, de la navigation.

Lorsqu’il mourut au pays des Mariandines, il fut remplacé par Erginos, fis de Poséidon. Puis venait Orphée le musicien thrace, qui avait pour tâche de donner la cadence aux rameurs. On affirmait que les dieux lui avaient donné l’ordre de s’embarquer sur l’Argo pour que ses chants servent d’antidote aux séductions des sirènes.

L’équipage comptait plusieurs devins : Idmon, fils d’Abas, Amphiaros, et, au moins dans la liste donnée par Apolonios, le lapithe Mopsos. Puis venaient les deux fils de Borée, Zétés et Calaïs, les deux fils de Zeus et de Leda, Castor et Pollux et leurs deux cousins, les fils d’Apharée, Idas et Lyncée.

Le héraut de l’expédition était Aethalidès, un fils d’Hermès. Tous ces héros jouent un rôle actif dans les aventures de l’Argo. Ceux qui viennent ensuite son généralement de simples figurants.

Les Argonautes :

l'Argo

L'Argos, navire de Jason et les argonautes L'argos, le navire de Jason

Le navire fut construit à Pagasae, qui est un port de Thessalie, par Argos avec l’aide de la déesse Athéna. Le bois provenait du Pélion, sauf la pièce de proue, apportée par la déesse, et qui était un morceau du chêne sacré de Dodone.

C’est elle-même qui l’avait taillée, et elle l’avait douée de la parole, si bien qu’elle pouvait prophétiser.

L’Argo fut lancé par les héros, au milieu d’un grand concours de peuple, sur la plage de Pagasae, et ils s’embarquèrent, après un sacrifice à Apollon. Les présages étaient favorables.

Interprétés par Idmon, ils indiquaient que tous devaient revenir sains et saufs, à l’exception d’Idmon lui-même destiné à périr pendant le voyage.

L'épopée de Jason et les argonautes

La première escale fut l’ile de Lemnos. A cette époque, il n’y avait dans l’ile que des femmes car elles avaient mis à mort tous les hommes. Les Argonautes s’unirent à elles et leur donnèrent des fils. En les quittant ils naviguèrent vers l’ile de Samothrace, où, sur le conseil d’Orphée, ils se firent initier aux mystères.

Puis, pénétrant dans l’Hellespont, ils arrivèrent dans l’ile de Cyzique, au pays des Doliones, dont le roi s’appelait Cizycos. Ce peuple les reçut avec hospitalité. Le roi les invita à un banquet et leur donna maintes preuves d’amitié. La nuit suivante, les héros mirent à la voile mais pendant la nuit, des vents contraires s’élevèrent, à leur insu, si bien qu’avant l’aube ils abordèrent de nouveau sur la côte des Doliones.

Ceux-ci ne s’apercevant pas que c’étaient leurs hôtes de la veille qui revenaient, les prient pour des pirates pelages, qui venaient, comme souvent, attaquer leur pays. La bataille s’engagea. Au bruit, le roi Cyzicos accourut prêter main-forte à ses sujets. Mais il ne tarda pas à être tué par Jason lui-même, qui lui transperça la poitrine de sa lance. Les autres héros firent un grand carnage de leurs ennemis.

Mais, quand le jour se leva, les deux partis reconnurent leur erreur et tous se lamentèrent. Jason fit des funérailles magnifiques au roi Cyzicos. Pendant trois jours, les Argonautes poussèrent les lamentations rituelles, et donnèrent des jeux en son honneur.

Cependant, Clité, la jeune femme de Cyzicos, se pendait de désespoir. Les nymphes la pleurèrent tellement que, de leurs larmes, se forma une fontaine, qui prit le nom de Clité. Avant de partir, comme une tempête les empêchait de reprendre la mer, les Argonautes dressèrent sur le mont Dindyme, qui domine Cyzique, une statue de Cybèle, la mère des dieux.

L’étape suivante les conduisit plus à l’Est, sur la côte de Mysie. Les habitants les accueillirent par des présents. Cependant que les héros s’occupent à préparer le repas, Héraclès, qui avait brisé son aviron pendant la traversée, tant il ramait avec vigueur, partit dans la forêt voisine en quête d’un arbre pour en fabriquer un autre. Mais Hylas, un jeune homme qu’il aimait, et qui s’était embarqué avec lui sur l’Argo, avait été envoyé à la recherche d’eau douce pour la préparation du repas. Au bord d’une fontaine, il rencontra les nymphes qui dansaient. Emerveillés de sa beauté, les nymphes l’attirèrent jusqu’à la fontaine, où il se noya.

Polyphème, l’un des Argonautes, entendit le cri de l’enfant quand il disparaissait sous l’eau. Il se précipita à son secours, et, sur le chemin, rencontra Héraclès qui revenait de la forêt. Tous deux se mirent à chercher Hylas. Ils passèrent toute la nuit à errer dans le bois, et, lorsque le bateau partit avant l’aube, ils n’étaient pas à bord. C’est donc sans Héraclès et sans Polyphème que les Argonautes durent continuer leur voyage car il n’était pas dans l’ordre des destins que les deux héros participent à la conquête de la Toison.

Polyphème fonda dans le voisinage, la ville de Cios, et Héraclès continua ses exploits tout seul.

L'Argo parvint ensuite au pays des Bébryces, où régnait le roi Amycos. Après la défaite d’Amycos par Pollux, selon certaines traditions, une bataille générale s’engagea entre Argonautes et Bébryces. Ceux-ci perdirent beaucoup de monde, et finirent par s’enfuir dans toutes les directions.

Le lendemain, les Argonautes repartirent et, pris par la tempête, avant de s’engager dans le Bosphore, durent faire escale sur la côte de Thrace, c'est-à-dire dire sur la rive européenne de l’Hellespont. Là ils se trouvèrent dans le pays de Phinée. Phinée en plus d'être un roi de Thrace, était un devin aveugle, fils de Poséidon, que les dieux avaient affligé d’une malédiction singulière, chaque fois que l’on mettait devant lui une table chargée de mets, les Harpyes, qui sont des êtres mi-femmes mi-oiseaux se précipitaient sur les mets, en prenaient une partie et, ce qu’elles ne pouvaient emporter le souillaient de leurs excréments.

Jason dut délivrer le devin des terribles Harpyes Les terribles Harpyes

Les Argonautes demandèrent à Phinée de les renseigner sur l’issue du voyage qu’ils entreprenaient. Mais le devin ne voulut pas leur donner de réponse avant qu’ils ne l’aient délivré des Harpyes. Les Argonautes lui dirent de s’asseoir à leur table, et quand, les Harpyes se précipitèrent, Calais et Zétés, qui étaient ailés, comme fils d’un dieu du vent, se précipitèrent à leur poursuite, jusqu’à ce que les Harpyes épuisées finissent par jurer sur le Styx de ne plus importuner le roi Phinée.

Délivré de cette malédiction, Phinée dévoila aux Argonautes une partie de l’avenir, ce qu’il leur était permis d’en connaitre. Il les mit en garde contre un danger qui allait les menacer bientôt sur leur route : Les Roches bleues (Les Cyanées), des écueils mobiles, se heurtant l’un contre l’autre.

Pour savoir s’ils pourront passer entre ces rochers, Phinée leur conseille de se faire précéder par un pigeon. Si celui-ci réussit à franchir la passe, eux-mêmes pourront le suivre sans danger. Mais si les écueils se referment sur lui, alors, c’est que la volonté des dieux leur sera contraire, et la sagesse sera d’abandonner leur entreprise. Puis il leur donne quelques indications sur les principaux jalons de leur route.

Après cet oracle, les Argonautes continuent leur chemin. Arrivés devant les roches bleues, qu’on appelle aussi Les Symplégades, c'est-à-dire les Roches qui se heurtent, ils lâchèrent une colombe qui réussit à franchir la passe, mais les rochers, en se refermant, pincèrent les plumes les plus longues de sa queue. Les héros attendirent que les rochers se fussent de nouveau écartés, et ils se lancèrent à leur tour.

Le bateau ressortit sain et sauf, mais la poupe fut légèrement endommagée, comme l’avait été la queue de la colombe. Depuis cette époque les Roches bleues restèrent immobiles, car le destin voulait qu’aussitôt qu’un bateau réussirait à les franchir leur mouvement pris fin.

Les Argonautes ayant ainsi pénétré dans le Pont Euxin (la mer noire) parvinrent au pays des Mariandynes, dont le roi, Lycos, les accueillit favorablement. C’est là aussi que mourût le pilote Tiphus. Ancée le remplaça au gouvernail. Les argonautes dépassèrent ensuite l’embouchure du Thermodon (le fleuve au bord duquel on dit parfois que vivaient les Amazones), puis longèrent le Caucase et parvinrent en Colchide, à l’embouchure du Phase, qui était le but de leur voyage.

Les héros débarquèrent, et Jason se rendit auprès du roi Aeetès, auquel il exposa la mission que lui avait confiée Pélias. Le roi ne refusa pas de lui donner la toison d’or, mais y mit comme condition qu’il imposerait, sans aide, le joug à deux taureaux aux sabots d’airain, qui soufflaient le feu par les naseaux. Ces taureaux monstrueux, présents d’Héphaïstos à Aeetès, n’avaient jamais connu le joug. Quand cette première épreuve serait accomplie, Jason devrait encore labourer un champ, et semer les dents d’un dragon (c’était le reste des dents du dragon d’Arès, à Thèbes qu’Athéna avait donné à Aeetès.

Jason se demandait comment il pourrait imposer le joug à ces monstres, lorsque Médée, la fille du roi, qui avait conçu une vive passion pour lui, vint à son secours. Elle commença par lui faire promettre de la prendre pour femme si elle lui permettrait de surmonter les épreuves imposées par son père, et de l’emmener en Grèce. Jason promit. Médée lui donna alors un baume magique (car elle était experte dans tous les arts occultes), dont il devrait enduire son bouclier et son corps avant de s’attaquer aux taureaux d’Héphaïstos. Ce baume avait la vertu de rendre invulnérable au fer et au feu quiconque en serait enduit et son invulnérabilité devait durer un jour entier.

De plus, elle lui révéla que les dents du dragon donneraient naissance à une moisson d’hommes armés qui chercheraient à tuer le héros. Celui-ci n’aurait qu’à lancer au milieu de leur troupe, et de loin une pierre. Alors les hommes se jetteraient l’un contre l’autre, s’accusant réciproquement d’avoir lancé cette pierre, et ils mourraient sous leurs propres coups.

Ainsi prémuni, Jason réussit à mettre les taureaux sous le joug, à les atteler à la charrue, puis à labourer le champ, et enfin il sema les dents du dragon. Puis, il se dissimula et de loin il lapida les hommes qui naquirent de ces étranges semailles. Les hommes se mirent à se battre entre eux. Profitant de leur inattention, Jason les massacra.

Aeetès, cependant, ne tint pas sa promesse. Il essaya de bruler le navire Argo et d’en tuer l’équipage. Mais avant qu’il n’ait eu le temps de réaliser son dessein, Jason guidé par Médée, s’était déjà emparé de la toison d’or (les sortilèges de Médée avaient endormi le dragon chargé de sa garde) et s’était enfui.

Lorsque Aeetès découvrit que Jason avait pris la fuite en emportant la toison et en enlevant sa fille, il s’élança à la poursuite du bateau. Médée, qui avait prévu cela, tua son frère Apsyrtos, qu’elle avait emmené avec elle, et en sema les membres sur leur route. Aeetès perdit du temps à les ramasser, et quand il eut fini, il était trop tard pour songer à rejoindre les fugitifs. Aussi prenant avec lui les membres de son fils, il gagna le port le plus proche qui était Tomes, sur la cote occidentale de Pont Euxin et là enterra son enfant. Avant de revenir en Colchide, il lança plusieurs groupes de ses sujets à la poursuite d’Argo, les prévenant que s’ils ne ramenaient pas Médée, ils seraient mis à mort à sa place.

Selon une autre version, Apsyrtos avait été envoyé par Aeétés, à la poursuite de sa sœur, mais Jason l’aurait tué, par trahison, avec l’aide de Médée, dans un temple consacré à Artémis à l’embouchure du Danube (Istros). Quoi qu’il en soit, les Argonautes continuèrent leur route vers le Danube et remontèrent le fleuve jusque dans l’Adriatique (à l’époque où fut élaborée cette version de la légende, le Danube ou Istros, était considéré comme une artère fluviale mettant en communication le Peut-Euxin et l’Adriatique).

Zeus, irrité, par le meurtre d’Apsyrtos envoya une tempête qui écarté le navire de sa route. Alors le navire se mit à parler, et révéla la colère de Zeus. Il ajouta que cette colère ne cesserait pas avant que les Argonautes ne soient purifiés par Circé. Alors le navire remonta l’Eridan (le Po) et le Rhône, à travers le pays des Ligures et celui des Celtes.

De là, ils regagnèrent la méditerranée, contournèrent la Sardaigne et atteignirent l’ile d’Aeaea, le royaume de Circé (sans doute la presqu’ile du Monte Circeo au nord de Gaète, entre le Latium et la Campanie). Là, la magicienne, qui était comme Aeetès, enfant du soleil, et par conséquent se trouvait être la tante de Médée, purifia le héros et eut un long entretien avec la jeune fille, mais elle refusa absolument d’accorder dans son palais l’hospitalité à Jason.

Le navire reprit alors sa course errante, et guidé par Thétis elle-même, sur l’ordre d’Héra, il traversa la Mer des Sirènes. Là Orphée, chanta une mélodie si belle que les héros n’eurent aucune envie de se rendre à l’appel des Sirènes. Seuls l’un d’eux Boutès gagna à la nage le rocher des magiciennes, mais Aphrodite le sauva, en l’enlevant et l’établissant à Lilybée (aujourd’hui Marsala) sur la cote occidentale de Sicile.

Ensuite, le navire Argo rencontre le détroit de Charybde et Scylla, puis les iles errantes (sans doute les iles Lipari) au-dessus desquelles s’élevait une fumée noire. Enfin, ils arrivèrent à Corcyre (aujourd’hui Corfou) au pays des Phéaciens dont Alcinoos était roi. C’est là qu’ils rencontrèrent un groupe de colchidiens lancés à leur poursuite par Aeédés.

Les Colchidiens demandèrent à Alcinoos de leur livrer Médée. Alcinoos après avoir consulté sa femme, Arété, répondit qu’il y consentirait, si à l’examen, Médée apparaissait comme vierge. Mais si elle était déjà la femme de Jason, alors elle devrait rester avec lui.

Arété fit secrètement savoir à Médée la décision d’Alcinoos et Jason s’empressa de remplir la condition qui devait sauver Médée. Alcinoos n’eut plus qu’à refuser de livrer la jeune femme. Les Colchidiens n’osant revenir dans leur patrie s’établirent chez les Phéaciens. Et les Argonautes reprirent la mer.

A peine avaient-ils quitté Corcyre, qu’une tempête les entraina vers les Syrtes, sur la cote de Lybie. Là ils durent transporter leur navire sur leurs épaules jusque dans le lac Tritonis. Grâce à Triton, le dieu du lac, ils trouvent une issue vers la mer et reprennent leur voyage en direction de la Crète. Mais pendant cet épisode ils ont perdu deux compagnons, Canthos et Mopsos (qui d’ailleurs ne figurent pas dans toutes les listes des Argonautes transmises par la tradition).

Talos, le redoutable gardien de l'île de Crète - Jason et les argonautes Talos, gardien de l'île de Crète

En Crète, ils se heurtent au moment de débarquer, à un géant, Talos, sorte de robot monstrueux, construit par Héphaïstos et à qui Minos avait confié le soin de défendre l’ile contre tout débarquement. Il détachait des rochers énormes du rivage et les lançait de loin contre les navires qui passaient pour les détourner du rivage.

Trois fois par jour il faisait le tour de l’ile. Ce géant était invulnérable, mails il avait à la cheville, sous une peau très épais, une veine, siège de sa vie. Si cette veine était ouverte, Talos mourrait. Médée eut raison de ce géant par ses enchantements. Elle le rendit furieux, en lui envoyant des visions trompeuses, et fit si bien que Talos se déchira la veine de la cheville contre un rocher. Il mourut aussitôt.

Les Argonautes abordèrent, et passèrent la nuit sur le rivage. Le lendemain, ils élevèrent un sanctuaire à Athéna Mimoenne et repartirent.

Sur la mer de Crète, ils furent tout à coup saisis par une nuit opaque, mystérieuse, qui leur fit courir les plus grands dangers. Jason implora Phoebos (Apollon en grec), lui demandant de leur montrer leur route dans cette obscurité. Alors Phoebos exauça sa prière et lança un trait de flamme, qui leur montra, tout près du bateau, une petite ile des Sporades, où ils purent jeter l’ancre.

Ils donnèrent à cette ile le nom d’Anaphé (l’ile de la révélation) et y élevèrent un sanctuaire à Phoebos le rayonnant. Mais les offrandes pour célébrer dignement le sacrifice inaugural manquaient sur cet ilot rocheux. Aussi firent-ils les libations rituelles avec du vin au lieu d’eau. Ce que voyant les servantes Phéaciennes, données par Arété à Médée en présent de noces, se mirent à rire et lancèrent des plaisanteries gaillardes aux Argonautes.

Ceux-ci répondirent par d’autres, et il s’ensuivit une scène joyeuse, qui est répétée chaque fois que, sur cet ilot, on célèbre un sacrifice en l’honneur d’Apollon.

Puis les Argonautes firent escale à Egine, et longeant l’Eubés, ils parvinrent à Iolcos, ayant accompli leur périple en quatre mois et ramenant la toison d’or.

Jason conduisit ensuite le navire Argo à Corinthe.

Cette légende très complexe, est antérieure, dans son premier noyau, à la rédaction de l’Odyssée, qui connait les exploits de Jason.

Pour nous, elle est surtout célèbre à cause du long poème savant d’Apollonios de Rhodes, qui la raconte en détail. Dans l’Antiquité, elle connut une grande popularité ; elle finit par constituer un cycle auquel se rattachèrent, tant bien que mal, un grand nombre de légendes locales.

Comme des poèmes homériques, on tira des aventures d’Argo des pièces de théâtre, des poèmes de toutes sortes. Le roman de Médée en particulier séduisit les poètes.

Dernière mise à jour le 26/06/2017
top