Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


Ouranos Le Ciel, père des Titans

Ouranos est la personnification du Ciel, en tant qu'élément fécond. Il joue un grand rôle dans la Théogonie hésiodique, où il est fils de Gaïa.

D'autres poèmes en font le fils d'Aether, sans que, dans cette tradition, qui remonte à la Titanomachie, le nom de sa mère nous soit donné. Celle-ci était sans doute Héméra, la personnification féminine du Jour. Dans la théogonie orphique, Ouranos et Gaïa sont deux enfants de la Nuit.

Les légendes d'Ouranos les plus connues sont celles où il intervient comme époux de Gaïa (le Ciel, en effet, couvre la Terre tout entière, lui seul étant à sa mesure).

Avec elle, il eut un grand nombre d'enfants.

Généalogie d'Ouranos

Généalogie de Gaïa et Ouranos

De Gaïa, Ouranos eut les six Titans, les six Titanides, les trois Cyclopes et les trois Hécatonchires. Mais Gaïa, mécontente de celle fécondité, et voulant se soustraire à l'étreinte brutale de son époux, demanda à ses fils de la protéger contre lui.

Tous se récusèrent, sauf le dernier-né, Cronos, qui se mit en embuscade, et, à l'aide d'une "faucille" que lui avait donnée sa mère, trancha les testicules de son père et les jeta dans la mer.

Le plus souvent, le lieu de cette mutilation est situé au cap Drépanon, qui aurait pris son nom de la faucille de Cronos. Parfois, on le situe à Corfou, chez les Phéaciens. L'ile ne serait autre que la faucille de Cronos, lancée dans la mer, et qui aurait pris racine.

Les Phéaciens eux-mêmes seraient nés du sang du dieu. Ou encore, c'est la Sicile, qui aurait été fécondée par le sang divin, et c'est pour cela que cette île était d'une extrême fertilité.

Une tradition quelque peu différente est rapportée par Diodore de Sicile concernant Ouranos. Celui-ci aurait été le premier roi des Atlantes, un peuple particulièrement pieux et juste, qui habitait les rives de l'Océan. C'est lui qui leur aurait, le premier, appris la vie civilisée el les aurait initiés à la culture. Lui-même était un habile astronome, et il aurait inventé le premier calendrier, d'après les mouvements des astres, en même temps qu'il prédisait les principaux événements qui devaient se produire dans le monde.

A sa mort, on lui aurait attribué des honneurs divins. Et peu à peu, il se serait identifié au ciel lui même.

Dans celte tradition, on attribue à Ouranos quarante-cinq enfants, dix-huit de Titaè (qui prit plus lard le nom de Gaïa) ; et c'est à leur mère qu'ils doivent le nom générique de Titans. Ses filles furent Basiléia (la Reine), plus lard Cybèle, et Rhéa, qui fut surnommée Pandore.

Basiléia, qui était d'une grande beauté, succéda à Ouranos sur son trône, et épousa Hypérion, l'un de ses frères, dont elle eut deux enfants, Hélios (le Soleil) et Sélénè (la Lune).

Au nombre des autres enfants d'Ouranos, Diodore mentionne Atlas et Cronos.

Selon Platon, Océan et Téthys sont également des enfants d'Ouranos. La complication et les variations de ces généalogies s'expliquent par le fait qu'elles ne traduisent pas des légendes précises, mais des interprétations symboliques de cosmogonies savantes.

Aussi Ouranos ne joue-t-il à peu près aucun rôle dans les mythes helléniques. Toutefois, Hésiode conserve le souvenir de deux prophéties attribuées, conjointement, à Ouranos et à Gaïa : d'abord, celle qui avait averti Cronos que son règne finirait après qu'il aurait été vaincu par l'un de ses propres fils.

Puis, la prophétie faite à Zeus, le mettant en garde contre l'enfant qu'il aurait de Métis. C'est pour obéir à cette prophétie, que Zeus avala Métis, alors qu'elle était enceinte d'Athéna.

Dernière mise à jour le 19/01/2016
top