Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


Déméter (Cérès) Déesse de l'agriculture

Déesse maternelle de la Terre

CerèsCérès

Déméter appartient à la seconde génération divine, celle des Olympiens.

Elle est fille de Cronos et de Rhéa, et la deuxième née du couple. Elle est plus jeune qu'Hestia, et contemporaine d'Héra.

Sa personnalité, à la fois religieuse et mythique, est très distincte de celle de Gaïa, la Terre conçue comme élément cosmogonique. Déméter, divinité de la terre cultivée, est essentiellement la déesse du blé.

Ses légendes se sont développées dans toutes les régions du monde hellénique où pousse le froment. Ses lieux d'élection sont les plaines d'Eleusis et la Sicile; mais on les rencontre aussi en Crète, en Thrace et en Péloponnèse.

Déméter, dans la légende comme dans le culte, est étroitement unie à sa fille Perséphone, et toutes deux forment un couple souvent appelé simplement "les Déesses"· 

Les aventures de Déméter et de Perséphone constituent le mythe central de leur légende, celui dont l'initiation aux Mystères d'Eleusis révélait la signification profonde.

L'enlèvement de Perséphone

Perséphone est fille de Zeus et de Déméter, et, au moins dans la légende traditionnelle, la fille unique de la déesse. Elle grandissait, heureuse, parmi les nymphes, en compagnie de ses sœurs, les autres filles de Zeus, Athéna et Artémis, et se souciait peu du mariage, lorsque son oncle, Hadès, devint amoureux d'elle, et, avec l'aide de Zeus, l'enleva.

Le lieu de l'enlèvement est généralement la prairie d'Enna, en Sicile; mais l'Hymne homérique à Déméter nomme, assez vaguement, la plaine de Mysa, nom mythique, sans doute à peu près dépourvu de sens géographique.

D'autres traditions le situent tantôt à Eleusis, le long du Céphise, tantôt en Arcadie, au pied du Mont Cyllène, où l'on montrait une grotte qui passait pour l'une des entrées menant aux Enfers, tantôt en Crète, près de Cnossos, etc.

C'est au moment où la jeune fille cueillait un narcisse (ou un lis), que la terre s'ouvrit, qu'Hadès apparut, et entraîna sa fiancée dans le monde des Enfers.

Dès lors commença pour Déméter la quête de sa fille, qui va lui faire parcourir tout le monde connu.

Au moment de disparaître dans l'abîme, Perséphone a poussé un cri. Déméter l'a entendue, et l'angoisse lui étreint le cœur. Elle accourt, mais Perséphone est introuvable. Pendant neuf jours et neuf nuits, sans prendre de nourriture, sans boire, ni se baigner, ni se parer, la déesse erre par le monde, un flambeau allumé dans chaque main.

Le dixième, elle rencontre Hécate, qui, elle aussi, a entendu le cri, mais n'a pas reconnu le ravisseur, dont la tête était environnée des ombres de la Nuit. Seul, Hélios, le Soleil, qui voit tout, peut lui apprendre ce qui s'est passé.

Mais, selon une tradition locale, ce sont les gens d'Hermione, en Argolide, qui lui révélèrent le coupable. Irritée, la déesse décida de ne plus remonter au ciel et de rester sur la terre, abdiquant sa fonction divine jusqu'à ce qu'on lui ait rendu sa fille.

Elle prit l'aspect d'une vieille femme et vint à Eleusis. D'abord, elle s'assit sur une pierre qui porta, depuis, le nom de "Pierre sans Joie", puis elle se rendit auprès du roi Céléos, qui régnait alors sur le pays. Là, se tenaient des vieilles, qui l'invitèrent à prendre place parmi elles, et l'une, Iambé, la fit sourire par ses plaisanteries.

La déesse se mit ensuite au service de Métanira, la femme de Céléos, et fut engagée comme nourrice. L'enfant qui lui fut confié était le petit Démophon, ou, dans certaines versions, le petit Triptolème. La déesse tenta de le rendre immortel, mais elle n'y réussit pas à cause de l'intervention inopportune de Métanira, et, se faisant reconnaître, elle donna à Triptolème la mission de répandre à travers le monde la culture du blé.

D'autres légendes montraient la déesse remplissant la même fonction de nourrice auprès du roi de Sicyone, Plemnaeos. Cependant, l'exil volontaire de Déméter rendait la terre stérile, et l'ordre du monde s'en trouvait bouleversé. Si bien que Zeus ordonna à Hadès de rendre Perséphone.

Mais cela n'était plus possible. La jeune fille avait rompu le jeûne, et mangé un grain de grenade, pendant son séjour aux Enfers, ce qui la liait définitivement. Il fallut en venir à un compromis : Déméter reprendrait sa place sur l'Olympe, et Perséphone partagerait l'année entre les Enfers et sa mère.

C'est ainsi que, chaque printemps, Perséphone s'échappe du séjour souterrain, et monte vers le Ciel, avec les premières pousses qui sortent des sillons, pour s'enfouir à nouveau parmi les ombres au moment des semailles.

Mais, aussi longtemps qu'elle reste séparée de Déméter, le sol demeure stérile, et c'est la saison triste de l'hiver.

A la quête de Déméter, l'on a rattaché des épisodes variés, au gré des légendes locales. A Sicyone, on attribuait à la déesse l'invention du moulin, qu'elle aurait enseignée elle-même aux habitants; ailleurs, la culture des légumes, en particulier de la fève ; ou des fruits, comme la figue.

Un peu partout, en Grèce, on montrait des sanctuaires de la déesse, et l'on assurait qu'ils avaient été fondés par des hôtes qui l'avaient autrefois hébergée : à Argos, un certain Mysios et sa femme Chrysanthis; à Phénée, en Arcadie, Trisaulès et Damithalès, etc.

Autres légendes.

On rattachait aussi à la quête de Perséphone les amours de Déméter et de Poséidon. Pour échapper à celui-ci, la déesse aurait pris la forme d'une jument ; mais en vain, et elle mit au monde, outre le cheval Aréion, une fille que l'on ne connaissait que sous le nom de "la Maîtresse".

Une autre légende, déjà connue de l'Odyssée, est l'amour de Déméter et d'Iasion, qui donna à la déesse un fils.

Déméter avait lutté contre Héphaïstos pour la possession de la Sicile, vec Dionysos pour celle de la Campanie (ce mythe, probablement récent, symbolise de façon transparente la richesse de la Campanie en vignes et en blé).

Les attributs de Déméter sont l'épi, le narcisse, le pavot; son oiseau est la grue ; sa victime de prédilection la truie. On représente souvent la déesse assise, avec des flambeaux, ou un serpent.

 

Dernière mise à jour le 19/01/2016
top