Retour à l'accueil

MYTHOLOGIE GRECQUE - PALEONTOLOGIE

HISTOIRE DE FRANCE - SYSTEME SOLAIRE - LECTURE - PHILATELIE


AGAMEMNON Roi d'Argos

Agamemnon et Ménélas. Agamemnon

Agamemnon apparait dans la légende comme le roi par excellence, chargé, dans l'Iliade, du commandement suprême de l'armée achéenne.

D'après les noms de ses ancêtres, il est tantôt désigné comme un Atride, ou un Pélopide, ou encore un Tantalide. l'Iliade en fait le roi d'Argos, parfois, le roi de Mycènes, et donne, alors, le trône d'Argos à Diomède (cette dernière version est celle du Catalogue des Vaisseaux, passage interpolé, plus récent que le reste du poème). Enfin, dans la tradition la plus tardive, Agamemnon passait pour le roi du pays de Lacédémone, avec sa capitale à Amyclées.

Agamemnon était marié à Clytemnestre, qui joue un grand rôle dans son histoire. Clytemnestre, la sœur d'Hélène, fille, comme elle, de Léda et de Tyndare, avait d'abord été mariée à Tantale, le fils de Thyeste, mais Agamemnon avait tué Tantale en même temps qu'un nouveau-né, fils de Tantale et de Clytemnestre.

A la suite de ce meurtre double, et du mariage, accepté à contre-cœur, de Clytemnestre avec Agamemnon, les Dioscures, Castor et Pollux, frères de Clytemnestre, poursuivirent Agamemnon qui dut chercher asile auprès de son beau-père Tyndare. Enfin, Castor et Pollux consentirent à se réconcilier avec Agamemnon.

Mais l'union de Clytemnestre, qui avait débuté par un crime, était maudite, comme le prouve la suite de la légende. Avec Clytemnestre, Agamemnon engendre trois filles, Chrysothémis, Laodicé et Iphianassa, et un fils, dernier-né, Oreste.

Tel est le premier état de la légende. Puis, apparaît une fille, Iphigénie, distinguée d'Iphianassa, et enfin, à la place de Laodicé, les poètes tragiques nomment Electre, qui est totalement inconnue de l'auteur de l'Iliade.

De ces enfants, les tragiques connaissent surtout Iphigénie et Electre ainsi qu'Oreste.

La guerre de Troie

Les remparts de TroieLes remparts de la ville de Troie

Au moment où une foule de prétendants recherchaient la main d'Hélène, Tyndare, sur le conseil d'Ulysse, les avait liés par un serment dans lequel ils s'engageaient à respecter la décision d'Hélène, et à ne pas contester au prétendant choisi la possession de la jeune femme. Bien plus, s'il était attaqué, les autres devraient lui porter secours.

Lorsque Pâris eut enlevé Hélène, Ménélas vint demander son aide à Agamemnon. Celui-ci rappela aux chefs leur serment, et ainsi se forma le noyau de l'armée destinée à attaquer Troie. Agamemnon fut choisi par tous comme commandant en chef, soit à cause de sa valeur personnelle, soit à la suite d'une campagne électorale habile.

Les troupes se rassemblèrent à Aulis. Dans l'Iliade, Zeus Dieu de l'olympe envoie aussitôt un présage favorable : après un sacrifice à Apollon, un serpent s'élança de l'autel vers un arbre voisin et dévora huit petits moineaux dans un nid, ainsi que la mère, soit neuf en tout. Puis, le serpent se transforma en pierre.

Calchas dit que Zeus voulait indiquer ainsi que Troie serait prise après une période de dix ans. Eschyle connaît un autre prodige : une hase pleine, déchirée par deux aigles. Calchas interpréta ce signe en disant que Troie périrait, mais qu'Artémis serait défavorable aux Grecs.

D'après un poème postérieur à l'Iliade (sans doute les Chants Cypriens), les Grecs, ignorant la route de Troie, abordent une première fois en Mysie, et, après des combats divers, sont dispersés par une tempête et rentrent chacun dans son pays. Huit ans après cet échec, les Grecs se réunissent de nouveau à Aulis. Mais la mer reste fermée aux navires à cause d'un calme persistant. Interrogé, le devin Calchas répond que ce calme est dû à la colère d'Artémis.

Achille aux pieds légersAchille aux pieds légers

Cette colère a plusieurs causes : soit parce qu'Agamemnon, en tuant une biche, avait prétendu qu'Artémis n'aurait pu mieux faire, soit parce qu'autrefois Atrée n'avait pas sacrifié l'agneau d'or à la déesse, soit encore parce qu'Agamemnon avait promis à la déesse de lui sacrifier le plus beau produit de l 'année où était née sa fille Iphigénie, et qu'il n'avait pas sacrifié la jeune fille. Pour toutes ces raisons, la déesse demandait un sacrifice, celui d'Iphigénie. Agamemnon y consentit, par ambition, ou par souci du bien public, mais cela accrut encore les griefs de Clytemnestre contre son mari.

L'expédition enfin partie, la flotte fit relâche à Ténédos, et c'est là que, pour la première fois, apparut l'hostilité latente entre Achille et Agamemnon, dans une querelle qui préfigure celle qui, devant Troie, mettra les Grecs en péril. C'est à Lemnos que, vers le même temps, Agamemnon fit abandonner Philoctète, dont la blessure répandait une odeur nauséabonde, et dont les cris troublaient les sacrifices.

Puis, passèrent les neuf premières années du siège. La dixième, Agamemnon participe, avec Achille, à diverses expéditions de piraterie contre les villes du voisinage. Sur le butin rapporté, Achille prit Briséis, et Agamemnon Chryséis, la fille du prêtre d'Apollon Chrysès. Celui-ci demanda sa fille contre rançon. Agamemnon refusa, et, pour le punir, Apollon envoya une peste dans l'armée grecque.

C'est ici que commence le récit de l'Iliade.

L'assemblée des soldats force Agamemnon à rendre Chryséis ; mais le Roi demande, en échange, Briséis à Achille. C'est le prétexte de la colère de celui-ci : il refuse, et se retire sous sa tente. Agamemnon fait alors réclamer officiellement Briséis par deux hérauts, Talthybios et Eurybatès. Achille ne peut faire autrement que de rendre la jeune fille, mais il refuse de combattre.

A la demande de Thétis, Zeus envoie à Agamemnon un songe trompeur, lui laissant croire qu'il pourra prendre Troie sans Achille. D'ailleurs, un vieil oracle avait fait savoir à Agamemnon que Troie tomberait lorsqu'il y aurait la discorde dans le camp des Achéens. La lutte s'engage, dans laquelle Agamemnon intervient personnellement, et accomplit diverses actions d'éclat. Mais il est blessé, et doit se retirer de la bataille.

Après l'attaque du camp, voyant que tout était perdu si Achille ne revenait pas combattre avec lui, il se réconcilie avec lui, et lui renvoie Briséis, lui promet la main d'une de ses filles, et des cadeaux précieux. A partir de ce moment, il n'est plus guère question d'Agamemnon dans l'Iliade, tout l'intérêt se concentrant sur Achille.

Agamemnon et Ménélas. Ménélas, roi de Sparte

Les épopées postérieures racontaient d'autres interventions d'Agamemnon dans les événements qui suivirent la mort d'Hector, et celle d'Achille, notamment dans les combats qui se déroulèrent autour du cadavre d'Achille, et les querelles pour la possession des armes du héros. L'Odyssée raconte qu'après la prise de Troie, il eut, dans son lot, la fille de Priam, Cassandre, la prophétesse. Celle-ci lui donna deux jumeaux, Télédomos et Pélops.

Le retour d'Agamemnon et son départ de Troade avaient également donné lieu à des récits épiques. L'Odyssée fait déjà allusion à une querelle entre Agamemnon et Ménélas, celui-ci voulant partir dès la fin de la guerre, l'autre désirant rester encore, le temps de se concilier Athéna par des présents.

Les poèmes des Retours racontaient aussi comment, au moment où il allait s'embarquer, l'ombre d'Achille lui apparut, et chercha à le retenir, en lui prédisant tous ses malheurs futurs. En même temps, l'ombre lui réclama le sacrifice de Polyxène, l'une des filles de Priam.

Quand il arriva dans sa patrie, Agamemnon était guetté par un espion aposté par Egisthe, l'amant de sa femme. Egisthe invite Agamemnon à un grand banquet, et le tue, ainsi que ses compagnons, avec l'aide de vingt hommes, dissimulés dans la salle du festin.

D'autres versions de la même légende montrent Clytemnestre participant à ce meurtre, et tuant aussi Cassandre, sa rivale. Pindare ajoute que, dans sa haine contre la race de son mari, elle voulait aussi tuer Oreste, son propre fils.

Chez les poètes tragiques, les circonstances varient : tantôt Agamemnon, comme chez Homère, est frappé à table, tantôt il est tué dans son bain, au moment où, embarrassé dans la chemise que lui avait donnée sa femme, et dont elle avait cousu les manches, il ne pouvait se défendre.

Hygin dit que l'instigateur du meurtre fut Oeax, le frère de Palamède, qui cherchait ainsi à venger la lapidation de celui-ci, ordonnée par Agamemnon. Oeax aurait raconté à Clytemnestre qu'Agamemnon se préparait à mettre Cassandre à sa place. Ce qui aurait déterminé Clytemnestre au crime.

Elle l'aurait frappé d'une hache, pendant qu'il sacrifiait, et elle aurait tué en même temps Cassandre. Cette version rappelle de très près l'histoire d'Aegialé et de Diomède. On sait comment, ensuite, Agamemnon fut vengé par son fils Oreste.

 

Dernière mise à jour le 19/01/2016
top